Programme 3 Le stress


Description du programme
contre le stress

Prérequis

 

Il faut de la volonté, de l'envie et de la persévérance.

Vous avez peur de manquer d'argent, d’amour, d’insécurité ou d'être confronter à l’échec ou aux regards et aux jugements des autres ?

Vous avez des problèmes pour faire des choix ?

 

Pourquoi participer à mon accompagnement ?

Vous souhaitez vivre une vie que vous désirez ?

Donnez-vous l'opportunité et le désire de vous réaliser, de libérer le potentiel que vous avez en vous !

Peut-être que vous avez parfois des doutes, peut-être que vous gérez vos émotions de la mauvaise manière. 

Un manque de confiance en soi pour vous-même ? 

Alors je vous le garantis, tout ce programme est fait pour vous !

Vous allez avoir des résultats pour mieux gérer les choses.

Imaginez vous changer, vous devenez une meilleur version de vous même.

Vous allez canaliser ces problèmes avec sérénités.

Vous êtes-vous déjà demandé ?

« Que dois-je faire de ma vie ? »,

« Quel est mon rôle ? »

ou encore

« Qui ai-je envie de devenir ? »  

 

La clé, ce n’est pas d’essayer d’imiter les talents de quelqu’un d’autre mais de trouver ses propres talents, d’être authentique et vrai. 

La première étape est de découvrir quelle est cette chose pour laquelle VOUS avez du talent !   

Vos objectifs ne doivent pas rester des rêves mais doivent être atteint pour vous épanouir !

Que se passerait-il si vous étiez heureux(se), véritablement, authentiquement jusqu’au plus profond de vous-même ? 

N'êtes-vous pas fatigué de refaire de nouveau le nécessaire tous les ans ? 

 

Ce cours s'adresse aux timides et aux hypersensibles.

  • 1.  Détente anti-stress 10 min

 

  • 2. Comprendre la relaxation car en la décrivant vous la vivez et cela réduit vos angoisses et vos peurs 4 min

 

  • 3. Quatre vingt dix pensées positives 5 min

 

  • 4. Comment se pardonner ses erreurs 6 min

 

  • 5. La gratitude chaque jour 5 min

 

  • 6. Croyances limantes 7 min

 

  • 7. Psychologie positive 3 min

La preparation

1.  Détente anti-stress (10 min)

 

Aujourd’hui je vais vous parlez de relaxation.

 

Installez-vous confortablement et fermez les yeux très doucement

Mettez-vous à l’écoute de votre corps

Vous sentez tout votre corps qui devient lourd lourd

Il s’appuie de tout son poids

Respirez inspiré expiré doucement

À chaque expiration votre corps se détent davantage

Vos paupières deviennent intensément calme

Vous avez les yeux fermés.

 

Vous êtes sur le point de lâche prise

Vous relâchez votre corps

Relâchez vos épaules

Laissez vous aller

Sentez la détente qui se diffuse le long de votre corps

Le long de votre nuque

Savourez ce relâchement

Sentez mieux vous sentez bien

 

Ressentez le relâchement de votre bras

Le relâchement se diffuse

Imaginez le, sentez le qui vous décontracte

Sentez votre souffle

Sentez votre ventre qui se relâche

Santé tous vos organes se régénèrer

 

Votre respiration se libère

Observez ce mouvement

Relâchez bien votre ventre

Relâchez votre bassin

Relâchez vous

Sentez à présent ici le calme intérieur

Laissez-vous du temps face à votre niveau de conscience

 

Retrouvez à chaque expiration cette sensation agréable de descendre

Calme et paisible

Le corps est relâché

Apaiser, nous pouvons aller dans le monde de l’esprit

Vous allez penser, imaginer, dessiner mentalement un ruban

Vous êtes dans une prairie

Et il y a cette rivière qui est peu profonde

 

Suivez un chemin que je vous invite à emprunter

Imaginez que vos soucis filent entre les feuilles du courant

Respirez calmement

Ressentez la douceur de l’eau

Le cours d’eau s'accélère

Des pierres qui font des retenues avec des branches

Regardez les et regardez l’eau

Des racines sont accrochés au lit de la rivière

Elle forme à la surface comme une chevelure végétal

Il s’échappe comme une odeur de mousse

Vous continuez à la suivre toujours

Même si elle change de sentier

 

Vous commencez à vous endormir

C’est un moment qui vous permet de vous recentrer

C’est beau et vous allez vers le petit pont de pierre devant vous au loin

Souvennez vous de la lumière particulière de cet endroit

Sous les parfums, les couleurs, rendez vous de ce charmant moment

Vous allez y lentement en toute conscience

Les bruits extérieurs vous disent ce qu’il se passe en vous

 

Bougez les extrémités de doigts progressivement en douceur

Vous pouvez tourner la tête à gauche doucement

Inspirez plusieurs fois profondément

Sentez comme cette intention vous réveil

Vous pouvez bayer

Vous étirez si vous qui le décidez

Réveillez vous et regardez la vie sans les illusions sociales.

La relaxation

2. Comprendre la description de la vie, cela réduit vos angoisses et vos peurs

(4 min)

 

Pratiquez la respiration abdominale pour combattre naturellement votre anxiété

Rien de plus simple, direz-vous que de respirer car c’est un mécanisme physiologique et indépendant de notre volonté.

Mais savez-vous vraiment respirer consciemment ?

La respiration thoracique en cas de stress, ne remplit que 30 % des poumons et provoque un essoufflement par manque d’oxygène alors que la respiration abdominale, passe par le bas du corps et permet une plus grande amplitude des poumons pour une vraie respiration.

Elle peut, ainsi, aider à calmer vos angoisses. 

De plus, c’est un véritable exercice de relaxation !

Étendez vous sur le sol et les mains placées le long du corps,

Inspirez par le nez en gonflant le ventre,

bloquez votre respiration quelques secondes puis expirez par la bouche en vidant totalement vos poumons et en creusant votre ventre.

Une dizaine de cycles devraient suffire à vous apaiser.

 

Marchez en pleine conscience pour vaincre le stress et l’anxiété

Marchez au risque de vous surprendre, la marche est l’un des anti-stress les plus bénéfiques lorsque l’on est aux abois et que tout nous irrite.

Choisissez un endroit calme et bucolique.

Marchez lentement en vous concentrant sur vos foulées et votre respiration.

Vos pensées négatives vous envahissent ?

N’essayez pas de les éviter.

Revenez, dès que vous le pouvez, aux sensations que vous éprouvez en portant votre attention sur vos foulées, votre respiration, l’herbe humide sous vos pieds, le chant d’un oiseau, les rayons du soleil qui se faufilent à travers les arbres…

Vous y êtes ?

Alors, vous marchez en « pleine conscience ».

La « pleine conscience » est un volet thérapeutique qui a donné lieu à de nombreux travaux scientifiques.

Les résultats ne font que confirmer l’intérêt de faire appel à cette méthode thérapeutique pour réduire de manière significative le stress et l’anxiété pour ainsi, les contrôler.

 

Soyez « ancré » pour soigner votre anxiété

Rien ne va et vous êtes au bord de l’épuisement ?

Vous souffrez de stress et d’anxiété et vous avez l’impression d’être « à côté de vos pompes » ?

Vous manquez d’ancrage.

L’ancrage est une thérapie brève et l’une des techniques de Programmation Neurolinguistique (PNL) qui permet d’observer et d’améliorer la perception que nous avons de nous-mêmes et des autres.

Être ancré, c’est être connecté à la terre, tout comme l’arbre est enraciné dans le sol.

Plus les racines sont profondes, plus les « fondations » sont solides et plus l’on est « présent », confiant, épanoui.

En clair, c’est vivre « ici et maintenant », le corps et l’esprit bien en place.

Vos pieds doivent être solidement accrochés au sol.

L’ancrage aide à sécuriser, affronter les épreuves sans vaciller, ne pas se laisser « embarquer » par les émotions et faire les bons choix.

C’est aussi bénéfique pour agir avec bon sens et lucidité.

Enfin c’est un excellent outil pour lâcher prise.

Que vous soyez assis(e), debout, allongé, dans le métro, dans votre voiture, au bureau ou à la maison, vous pouvez pratiquer l’ancrage.

Plusieurs techniques d’ancrage existent.

L’un des exercices les plus faciles à mettre en place consiste à.

se mettre debout,

Avoir les pieds bien à plat sur le sol et imaginer qu’ils sont pourvus de racines.

Tout en respirant profondément, vous visualisez vos pieds en train de s’enraciner profondément dans le sol et vous visualisez l’énergie qui circule le long de votre corps au travers des racines,en passant par vos jambes, votre bassin, vos cuisses, votre dos, vos bras, votre buste, votre tête, jusqu’à la racine de vos cheveux.

Le résultat est là.

En peu de temps vos tensions diminuent et vous vous relâchez…

Ce sont nos émotions, nos ressentis, nos pensées, qui façonnent notre comportement.

Et quand il y a un trouble anxieux, ces phénomènes sont exacerbés et le meilleur moyen de les apaiser est de les analyser et de les comprendre.

L’idée est de se concentrer tout d’abord sur les pensées automatiques et les croyances souvent erronées négatives que nous cultivons sur nous-même, les autres et le monde.

L’étape suivante consiste à développer des schémas alternatifs et des comportements bien plus en phase avec l’environnement du patient.

Cela vous aide à évaluer et accepter votre stress et en comprendre ses impacts sur votre santé physique ou psychique.

Il participe à l’apaisement profond de votre anxiété, de vos ressentis et de vos émotions, avec des tests de relaxation. Enfin, il contribue à chasser vos pensées négatives grâce à des méthodes de psychologie positive et aide à la diminution de l'anxiété, donc à vous débarrasser de vos angoisses.

 

Quelque soit l’exercice, ce qui va faire la différence c’est la répétition, il vaut mieux un peu chaque jour que pas du tout !

 

Comme pour la musculation, si vous pratiquez un peu chaque jour, vous obtiendrez les résultats.

Un vrai cercle vertueux !

 

On ne lutte pas contre l’angoisse on l’accepte.

Prévenir une crise de boulimie ou de compulsion alimentaire

La nourriture est devenue pour vous une réponse alimentaire à un problème qui n’est pas alimentaire.

En proie à une crise, voici ce que vous pouvez faire.

 

=> Interrogez-vous «Comment est-ce que je me sens, là-tout de suite-maintenant ?»

=> Identifiez les tensions corporelles, remettez-vous dans l’instant présent.

=> Exercez vous quelques minutes pour faire face afin de décrocher du mental.

=> Questionnez-vous sur le besoin ou l’envie de manger.

=> Interrogez-vous de nouveau.

 

Votre besoin de réconfort est bien légitime, mais la façon dont vous vous apprêtez à vous réconforter vous déplaît et vous culpabilise ensuite.

N’y a-t-il pas un autre moyen de vous faire du bien ?

Prendre un bain ?

Vous offrir un massage ?

Aller chez le coiffeur ?

Téléphoner à un ami ?

 

=> Si c’est vraiment la nourriture qui vous tente, questionnez-vous sur l’origine de l’aliment, qui l’a cultivé, transporté, transformé ?

=> À chaque bouchée, éprouvez l’aliment à l’aide de vos cinq sens avant de le mettre en bouche.

=> Reposez toujours votre fourchette et mâchez longuement l’aliment, si possible en comptant jusqu’à 20.

Observez la déglutition se déclencher toute seule, comme un réflexe.

=> Avant de prendre la bouchée suivante, demandez-vous si vous avez besoin ou envie de continuer.

Observez votre corps, est-il encore tendu, crispé ?

=> Répétez le geste autant de fois qu’il y a de bouchées.

=> Lorsque vous êtes en société, avec des amis, à un apéritif, une soirée, acceptez de vous… ennuyer.

 

Ne vous remplissez pas pour tuer l’ennui, observez-le, en pleine conscience.

Pour avancer dans ta vie

3. 90 Pensées positives 5 min

 

Aujourd’hui, je vais vous citer ces suggestions

 

1/ Le bonheur est le cœur de mon existence.

2/ Je ressens de la satisfaction en ce moment précis.

3/ Chaque matin je me sent heureux et enthousiaste.

4/ J’exploiter ma source de bonheur intérieur tout le temps.

5/ En me permettant d’être heureux, j’incite les autres à l’être.

6/ Je trouve du plaisir dans tout qui est simple.

7/ J’aime partager des rires avec les autres.

8/ Mon cœur déborde de joie.

9/ Je m’endors dans le bonheur, car je sais que tout va bien. 

10/ Quand je respire, j’inspire la confiance.

11/ J’adore rencontrer des étrangers et les aborder.

12/ Je vis au présent et je suis confiant dans l’avenir.

13/ Je suis audacieux et sociable.

14/ Je suis autonome, créatif et persévérant dans tout.

15/ L’énergie et l’enthousiasme, c’est ma seconde nature.

16/ Je n’attire que les meilleures opportunités dans ma vie.

17/ Je suis un spécialiste en résolution de problème.

18/ Je me concentre sur les meilleures solutions.

19/ Je m’adapte facilement aux nouvelles situations.

20/ Je suis soigné, sain et confiant.

21/ Mon apparence est assortie à mon bien-être intérieur.

22/ Je ne vois toujours que le bien chez les autres.

23/ J’attire uniquement des personnes positives.

24/ Je m’accepte tel que je suis et je m’aime profondément.

25/ Je suis unique.

26/ Je me sens bien en étant vivant et en étant moi-même.

27/ Je me fais confiance car je suis mon meilleur guide.

28/ Je suis intègre.

29/ Je suis totalement fiable.

30/ Je fais ce que je dis.

31/ J’agis en toute sécurité.

32/ Je sais que je suis digne des meilleures choses.

33/ Je choisis d’être fier de moi-même.

34/ J’éprouve une profonde paix intérieure.

35/ Je me remplis l’esprit de pensées positives.

36/ La sagesse intérieure est en moi chaque jour.

37/ Je me remplis de sérénité et de pensées pacifiques.

38/ Chaque cellule de mon corps vibre d’énergie et de santé.

39/ Mon corps est rempli d’énergie.

40/ Je nourris mon corps avec des aliments sains.

41/ Les organes de mon corps fonctionnent parfaitement.

42/ Je me sens de mieux en mieux chaque jour.

43/ J’aime faire de l’exercice et renforcer mes muscles.

44/ À chaque respiration, je libère mon corps du stress.

45/ J’envoie de l’amour à tous les organes de mon corps.

46/ Je respire profondément et je fais régulièrement du sport.

47/ Je donne à mon corps la vitalité dont il a besoin.

48/ Je dors en me réveillant reposé et plein d’énergie.

49/ Je suis entouré de personnes qui m’encouragent.

50/ Mon univers est un endroit aimant et plein de joie.

51/ Je sème les germes de la paix partout où je vais.

52/ Je m’entoure de gens pacifiques.

53/ Mon milieu de travail est calme et paisible.

54/ J’inspire la paix, j’expire le chaos et le désordre.

55/ Ma tête est ma maison et c’est mon cocoon paisible.

56/ Dans tout ce que je dis et fais, je choisis la paix.

57/ Je me libère facilement des blessures passées.

58/ La paix m’envahit maintenant et pour toujours.

59/ J’envoie de la paix dans le monde.

60/ Je réponds pacifiquement dans toutes les situations.

61/ Je m’appuie sur le moment présent.

62/ Je me concentre sur la tâche à accomplir.

63/ Tout va bien maintenant.

64/ Je suis reconnaissant pour ce moment.

65/ Je reviens doucement et facilement au moment présent.

66/ J’observe mes pensées et mes actions sans les juger.

67/ Je suis pleinement présent dans toutes mes relations.

68/ La vie se passe en ce moment.

69/ J’accepte et j’accueille toutes les expériences.

70/ J’observe mes émotions sans m’y attacher.

71/ Je médite facilement sans résistance ni anxiété.

72/ Je me libère du passé et je vis le moment présent.

73/ La tranquillité m’envahit à chaque souffle profond.

74/ Chaque jour, je suis de plus en plus détendu.

75/ Être calme et détendu dynamise tout mon être.

76/ Les muscles de mon corps se relâchent et se relaxent.

77/ Toute la négativité s’évapore de mon corps .

78/ J’inspire la détente dans mon esprit.

79/ J’expire le stress.

80/ Lors de chaos autour de moi, je reste calme et centré.

81/ Je dépasse le stress.

82/ Je vis en paix.

83/ Je suis dépourvu d’anxiété

84/ La paix intérieure remplit mon esprit et mon corps.

85/ Tout va bien dans mon univers.

86/ Je suis calme, heureux et content.

87/ J’éprouve de la joie

88/ Je me sens en sécurité et heureux.

89/ Mon système immunitaire est très fort.

90/ Je peux éliminer n’importe quel type de bactéries, de germes ou de virus.

Stop à l'autocritique

4. Comment se pardonner ses erreurs 6 min

 

Lorsque l'on commet une erreur, nous nous lançons très souvent dans un discours négatif.

Nous nous matraquons l'esprit de "je suis stupide", dans l'espoir de trouver une solution à notre problème. Malheureusement, le dénigrement de soi n'a pas ce pouvoir.

Il entraîne essentiellement une baisse de l'estime et fait disparaître pour un temps la confiance que l'on se porte.

De plus, ce discours autodestructeur est si sournois qu'il tourne parfois en boucle dans notre tête pendant des heures sans que nous en ayons réellement conscience.

Pour mettre de l'ordre dans son esprit, il peut donc être intéressant de pratiquer quelques exercices de méditation.

En apprenant à être à l'écoute de vous-même et à observer vos pensées, vous prendrez très vite conscience du caractère stérile de l'autocritique.

Dès lors, vous pourrez poser la première pierre du pardon !

 

Acceptez l'imperfection

Bien souvent notre difficulté à nous pardonner une erreur vient de notre quête constante de perfection.

Se tromper ne fait jamais partie de nos options !

Si nous nous montrons si dure avec nous-même, c'est souvent parce que l'on a associé réussite et valeur personnelle.

Et lorsque nous faisons une erreur, c'est toute notre identité qui se trouve ébranlée.

Il est alors essentiel d'apprendre à faire la part des choses entre son moi profond et les conséquences d'une action. Ensuite, revenez sur la situation problématique, et posez-vous les questions suivantes, ai-je voulu faire cette erreur ? Puis-je faire quelque chose pour revenir en arrière ?

Bien souvent, la réponse est non, évidemment.

Il ne vous reste donc plus qu'à accepter la situation telle qu'elle est.

 

Entendre le besoin qui se cache derrière notre attitude

Pour aller vers le pardon à soi-même, la clé est exactement la même.

Si vous estimez avoir commis des erreurs par le passé et que celles-ci ont u de lourdes conséquences pour vous, ruminez toute votre vie sur ce que vous auriez dû faire ne changera rien aux faits.

Ils sont ce qu’ils sont, et même avec la meilleure volonté du monde, vous n’y changerez rien.

C’est difficile à accepter, n’est-ce pas ?

Ça demande en effet souvent du temps, et un travail sur soi.

Pour que vous puissiez vous autoriser à tourner la page, il va être essentiel de reconnaître le ou les besoins qui demandaient à être satisfaits derrière votre positionnement.

Prenons un exemple pour illustrer, imaginons que par le passé, vous ayez agi à contre-sens de vos habitudes, que vous ayez menti à la personne aimée par crainte de la perdre, ou alors que vous ayez mis la pression à quelqu’un en le menaçant toujours sous le couvert de la peur, parce que vous vous sentiez pris au piège ou ne perceviez pas d’autre issue pour éviter une évolution que vous envisagiez comme terrible pour vous.

Le fait que vous ayez agi de cette façon a pu provoquer de gros dégâts malgré tout, différents de ceux que vous avez cherché à éviter, mais tout aussi blessants pour vous, voire plus, et, tout en voyant les pages du calendrier se tourner les unes après les autres, il subsiste toujours une profonde blessure en vous, des regrets, une colère vive envers vous-mêmes parce que votre recul d’aujourd’hui vous fait voir que tout ceci aurait pu être évité.

En somme, vous passez beaucoup de temps à vous juger, à vous maltraiter intérieurement, ou alors, vous en voulez peut-être à la Terre entière parce que vous n’avez pas encore pris conscience du fait que votre colère est en réalité tournée contre vous-mêmes.

 

La clé est de se mettre en contact avec nos besoins

Où que vous en soyez, et qu’il s’agisse de situations lourdes ou beaucoup plus légères, la clé sera de vous mettre en contact avec le ou les besoin (s) qui se cachaient derrière votre attitude à ce moment-là.

Votre besoin était-il d‘être rassuré, de vous sentir aimé, d’être reconnu, valorisé, peut-être simplement d’être entendu et considéré.

Quel était votre besoin à ce moment-là ?

Ce type d’exercice est toujours plus productif quand on pose ce qui vient à l’écrit, aussi, je vous encouragerais à tester cette méthode « à l’ancienne », avec une feuille et un stylo

Prenez note d’une ou plusieurs situations sur lesquelles vous restez accrochés et laissez de l’espace entre chaque.

Il peut s’agir d’une « petite bricole » qui vous aura fortement contrariés et qui vous énerve encore quand vous y pensez comme d’événements plus graves ou traumatisants pour vous.

Une fois que vous y êtes, prenez le temps de penser à la première situation notée, et demandez-vous ce qui vous a poussés à agir comme vous l’avez fait ou à ne pas bouger, quel était votre besoin à cet instant.

 

Le processus de guérison peut commencer 

Dès lors que vous allez prendre contact avec ce besoin qui n’a pas été reconnu, quelque chose va s’ouvrir en vous pour vous permettre d’entamer le processus de guérison.

Il y a des chances que vous versiez des larmes ou que vous ressentiez de l’amertume, mais ces regrets-là ne seront plus chargés de haine envers vous-mêmes.

Il s’agira simplement d’avancer vers l’acceptation, de prendre conscience du « pourquoi » véritable, et c’est là que commence le pardon.

En prenant conscience de vos besoins profonds, vous allez pouvoir commencer à en prendre soin et sortir de ce piège d’auto-destruction.

Même quand il s’agit d’éléments qui ne sont pas dramatiques en eux-mêmes, nous sommes souvent « pollués » de l’intérieur par des petits incidents de la vie qui nous contrarient parce que nous avons réagi de façon impulsive en réponse à un besoin non satisfait.

Notre besoin d’être entendus peut nous avoir conduits à briser un objet auquel on tenait en le jetant par terre pour manifester notre colère à notre interlocuteur, ou notre besoin d’être aimés peut nous avoir conduits à nous éloigner de notre nature véritable et à récolter des reproches en retour parce que notre attitude dérangeait ou agaçait.

Il peut y avoir tout un tas de petites choses comme de plus grandes qui nous limitent et entravent notre élan naturel, mais dont on peut se libérer assez facilement en apprenant à reconnaître les besoins qui se cachent derrière nos comportements négatifs.

 

De nouvelles habitudes libératrices

Dorénavant, à chaque fois que vous vous critiquerez, que vous vous blâmerez ou serez en colère contre vous-mêmes, demandez-vous de quoi vous avez besoin au juste, et laissez venir la réponse tranquillement.

De la même façon, quand c’est un autre qui vous fait un reproche, qui vous attaque verbalement ou se plaint, comprenez que c’est là aussi une façon maladroite de chercher à répondre à un besoin.

En prenant l’habitude de fonctionner ainsi, il y a bien des conflits qui peuvent être désamorcés, avec les autres comme avec soi-même.

C’est cette prise de conscience de nos besoins qui nous permet de lâcher prise par rapport au passé, aux erreurs que nous estimons avoir commises et à tout ce que l’on peut regretter.

Prenez le temps d’expérimenter, et voyez ce que ça donne pour vous

 

Trouver où est la cause de la faute

Il faut réfléchir sur l’origine même du sentiment de culpabilité. Qu’est-ce que j’ai fait ou que je n’ai pas fait et que je n’ai pas pu surmonté ?

Cette situation ne dépendait-elle pas entièrement de moi ?

À quel point cette erreur commise est-elle importante ?

L’ai-je répété?

Vous avez eu tort, oui. Vous n’avez pas aimé votre comportement à l’époque, oui.

Pourquoi n’êtes-vous pas capable de supposer que vous êtes un être humain avec des défauts et que vous avez déjà appris la leçon de ce qui s’est passé ?

 

Prendre ses responsabilités

Si vous êtes déjà conscient que ce qui s’est passé vous a profondément bouleversé et que vous ne voulez pas le répéter, vous avez fait un grand pas.

Pouvez-vous réparer les dégâts ?

Faites-le.

Vous ne pouvez pas ?

Assumez.

 

Se reconnaître avec des défauts et des erreurs

Donnez-vous la chance d’être comme vous êtes et de vivre avec ce que vous avez appris.

C’est humain d’échouer, de se relever et de reprendre le chemin.

Nous avons tous des peurs, de le culpabilité et des insécurités, mais nous avons tous de nouvelles occasions de nous connaître, d’apprendre de nous-même et de ceux qui nous entourent.

Améliorer est un processus continu.

 

Phases du pardon

Se pardonner est un processus composé d’étapes.

Reconnaître la vérité pour se pardonner, il faut être honnête avec soi-même.

Si nous avons fait quelque chose de mal, il vaut mieux ne pas se tromper.

Assumer la responsabilité de ce qui s’est passé, tous les actes ont des conséquences, il vaut donc mieux être courageux et faire face à ce que cela implique.

Entrer en contact avec les sentiments les plus profonds qui ont motivé ce comportement.

Savoir ce qui nous a amenés à agir ainsi est une bonne chose pour éviter de répéter la même erreur à l’avenir.

S’ouvrir aux sentiments sans se juger soi-même.

L’acceptation de notre imperfection jouera un rôle clé à ce stade.

Accepter ce qui s’est passé est la base pour pouvoir guérir

Guérir les blessures émotionnelles, il faudra pour cela laisser l’autocritique faire place à la compassion envers soi-même.

S’aimer sans condition, cela signifie s’accepter dans sa totalité, avec ses dons et ses vertus, mais aussi avec ses défauts et ses erreurs.

Dans cette dernière phase, s’aimer et se pardonner sont fondamentalement la même chose.

Stratégies pour se pardonner

Pour des raisons pratiques, il existe des actions qui peuvent nous aider à nous pardonner plus rapidement.

S’excuser, s’excuser est un grand pas en avant si vous avez blessé quelqu’un, consciemment ou inconsciemment.

Mais il doit s’agir d’excuses profondes et sincères.

Elles doivent également être sans attente, car demander le pardon ne signifie pas que l’autre personne nous pardonne immédiatement.

Cela facilitera notre processus de guérison et peut-être celui de l’autre personne.

Partager l’expérience, expliquer à quelqu’un nos erreurs peut nous aider dans le processus de libération de la culpabilité. Nous pouvons, par exemple, en parler à un ami qui nous apportera de la sécurité émotionnelle et une certaine acceptation.

Écrire, une autre option très valable est d’expliquer dans une lettre tout ce que nous voudrions dire à l’autre personne. Cela nous permettra de mettre de l’ordre dans nos pensées et nos émotions pour libérer une grande partie de la douleur.

En fonction de la situation, nous déciderons si nous donnons notre lettre à l’autre personne ou si cela fait partie de notre guérison.

Soigner notre enfant intérieur, la méditation est un outil très puissant qui peut faciliter le pardon.

Entrer dans un état de relaxation et communiquer avec notre enfant intérieur blessé, lui donner toute la sécurité.

L’amour inconditionnel dont il a besoin, nous aidera à nous réconcilier avec notre passé.

 

Déterminez vos valeurs morales

Nous nous posons tous des règles morales que nous jugeons bonnes à suivre.

Et souvent, nous venons à nous culpabiliser dès qu’on se rend compte que nous avons faillis au respect de ces règles.

Prendre conscience de ces valeurs morales vous aidera à identifier la source principale de votre honte.

 

Dites-vous bien que rien ne changera le passé

Ceci peut être une forme de résignation.

La plupart du temps, c’est le sentiment de vouloir changer nos actions ou nos pensées dans le passé qui nous retient prisonnier.

Or, c’est tout simplement impossible.

Il faut alors accepter le passé tel qu’il est car vouloir l’impossible ne fera que vous nuire.

 

Apprenez à vous dire que vous avez évolué moralement

Pour cela, il vous suffira de vous poser et de vous exprimer sur comment vous auriez géré les choses en tenant compte de tout ce que vous avez traversé.

Ce n’est, en aucun cas un moyen de vous replonger dans la culpabilité, mais plutôt une prise de conscience sur votre évolution.

Entre autre, c’est une manière de reprendre confiance en votre valeur.

 

Nettoyer votre conscience

Faire un travail sur soi n’est pas toujours suffisant pour parvenir au pardon.

Certaines erreurs nécessitent, non seulement un prise de conscience, mais aussi des actions pour vous permettre de ne plus vous sentir mal.

Ainsi, il faut apprendre à en parler et à demander pardon pour pouvoir se défaire de ce sentiment qui vous torture.

 

Passer à autre chose

Toujours dans le cadre de la résignation, une fois que vous aurez accepté que votre passé est une partie intégrante de votre vie, mais que vous ne pourrez le changer, vous verrez la vie autrement.

Ainsi, vos erreurs seront perçues comme des leçons.

 

Donnez-vous le temps d’apprendre

Mettez-vous bien en tête que nous ne naissons pas en étant des êtres parfaits.

Nous faisons tous des erreurs, et c’est seulement après que nous devenons meilleurs.

 

Ne pensez plus à ce que les autres attendent de vous

Si vous êtes coincé dans une spirale de haine de soi dans laquelle vous ne vous sentez jamais à la hauteur à cause de choses qu’on vous a dites, le pardon de soi est essentiel.

Vous n’avez aucun contrôle sur ce que d’autres gens font et disent, beaucoup de choses sont dites ou faites inconsciemment, souvent motivées par les défauts des autres.

Passer votre temps à vous abaisser parce que vous pensez que vous n’êtes pas à la hauteur des attentes des autres, c’est donner trop d’importance à ce qu’une autre personne, avec son mélange de sentiments, peut penser.

Pardonnez-vous d’avoir essayé de vivre d’après les attentes des autres et au lieu de ça, commencez à faire les changements nécessaires pour pouvoir poursuivre vote propre objectif.

 

Arrêtez de vous punir

D’après un malentendu fréquent, le pardon signifie oubli et indulgence.

Ce malentendu peut pousser une personne à sentir qu’il n’est pas juste de se pardonner, car si elle fait cela, ce serait comme oublier et/ou montrer de l’indulgence envers le mal passé.

Si c’est cela qui vous retient de vous pardonner, rappelez-vous que le pardon est un processus de prise de conscience dans lequel vous continuez à vous souvenir de ce qui s’est passé.

Vous ne devenez pas indulgent d’un coup et ne commencez pas à considérer quelque chose de « mal » comme quelque chose de « bien ».

C’est tout à fait acceptable de dire « Je ne suis pas fier de ce que j’ai fait ou de comment je me suis rabaissé, mais je vais de l’avant pour ma santé, mon bien-être et les gens autour de moi. »

C’est sain d’affirmer cela et ça vous permettra de briser le cycle autodestructeur dans lequel vous êtes tombé, car vous reconnaissez ouvertement ce qui n’allait pas et exprimez votre intention de corriger cela.

Entraînez-vous à vous accepter comme vous êtes.

Vous n’avez pas à vous pardonner pour être vous-même.

Le pardon de soi a pour but de cibler ce qui vous fait vous sentir mal, pas de vous condamner en tant que personne. L’acceptation de soi comme technique de pardon vous permet de reconnaître que vous êtes une bonne personne, même avec vos défauts.

Cela ne signifie pas que vous ignorez les défauts ou que vous essayez d’arrêter de vous améliorer, mais plutôt que vous vous valorisez au-dessus de ces éléments et que vous arrêtez de laisser vos défauts vous ralentir dans la vie.

 

Apprivoisez vos émotions

L’une des premières étapes pour apprendre à se pardonner à soi-même est de se concentrer sur les émotions.

Cela signifie qu’avant de pouvoir aller de l’avant, vous devez d’abord reconnaître l’origine de votre mal-être.

Afin d’y apporter une solution efficace.

La sincérité envers vous-même est ici de rigueur.

Ce processus implique également de vous donner la permission d’accepter vos sentiments, aussi mauvais soient-ils.

S’agit-il de la honte ou du regret ?

Peut-être du déshonneur ou du ridicule ?

De l’amertume ou de la débilité ?

En effet, il n’y a rien de pire que de refouler les réactions qui ne vous plaisent pas ou vous mettent mal à l’aise pour leur donner davantage de force.

 

Reconnaissez votre erreur à haute voix

Si vous commettez une erreur, l’une des meilleures solutions pour éviter de continuer à vous battre pour l’oublier c’est de l’exprimer à vive voix.

Cela semble un peu idiot au premier abord.

Toutefois, mettre des mots sur ce que vous ressentez vous aide grandement à vous libérer de nombreux fardeaux.

En entendant ces paroles, vous imprimez également dans votre esprit ce que vous avez appris de vos actions et de leurs conséquences. Cela s’applique d’ailleurs dans tous les domaines.

De même, il est impératif pour vous de considérer chacune de vos erreurs comme une expérience d’apprentissage.

Celle-ci vous offrira à son tour la possibilité d’avancer progressivement à l’avenir.

Il convient tout de même de tirer des leçons en toute bonne foi pour ne pas les refaire dans le futur.

Quand cela devient une habitude, il devient beaucoup plus facile de se pardonner à soi-même.

Tenir un cahier,
c'est l'astuce la plus célèbre

5. La gratitude chaque jour 5 min

 

Cela va bien changer votre vie.

Pour cela, on se procure un joli carnet et un stylo qu’on a toujours avec soit et qui nous donnent envie de poser sa plume.

On note à chaque fois les jolies choses qu’on voit ou qu’on a vécues toute la journée.

Cela peut être le déjeuner avec sa collègue préférée, le métro qui était pratiquement vide, le chant des oiseaux en ouvrant les volets...

L'essentiel, c'est de se concentrer sur ce qui nous fait plaisir !

Au fur et à mesure, l'exercice deviendra moins difficile, plus naturel.

De quoi s'apercevoir que finalement, le bonheur, ce n'est pas une situation il n’est pas linéaire mais c’est des dizaines de petites situations !

 

Apprendre à dire merci

Oui, on sait, vous savez déjà dire merci.

Quand la boulangère vous rend la monnaie, quand quelqu'un vous laisse sa place dans la file du supermarché...

Mais quand est-ce que vous avez dit "merci" pour la dernière fois en le pensant vraiment ?

Ce simple mot est pourtant la base de la gratitude, remercier sincèrement quelqu'un ou quelque chose pour ce qu'il nous apporte.

L'exercice consiste donc, à chaque fois que vous devez dire "merci", de le penser sincèrement en se concentrant sur la gratitude ressentie.

Cela concerne aussi les compliments que vous avez du mal à accepter.

Et ça, on vous le concède, c'est une autre paire de manches.

 

Ecrire une lettre de gratitude

Pour celles qui ont du mal avec la discipline du cahier de gratitude, la lettre est un exercice très simple et pourtant salvateur.

Le principe est de se poser un soir ou un week-end et d'écrire une lettre de gratitude envers la vie.

Longue ou courte, c'est vous qui voyez pour la longueur, l'intérêt est d'être honnête avec vos sentiments et vos sensations.

On peut remercier la vie de nous avoir apporté de beaux enfants, ou d'être bien entourée, etc..

C'est un vrai moment de complicité entre vous et vous-même, profitez-en !

Une fois la lettre terminée, vous allez la garder précieusement et la relire à chaque fois que vous avez un coup de mou dans votre quotidien.

Une bouffée d'air frais qui ne coûte rien et vous ressource illico.

En clair, pratiquer la gratitude au quotidien n'est pas si difficile. Tout est une question de discipline !

Mais au vu des bienfaits de ces exercices, vous allez vite devenir accro.

Alors, on s'y met quand ?

 

Vous pouvez faire un bocal ou une boite de gratitude aussi en y mettant des petits papiers avec des mots doux que vous aurez choisis et que vous mettrez un par jour dedans et un jour les relire tous d’un coup.

 

Vous pouvez allez marcher avec gratitude ou méditez avec gratitude ou faire une liste d’inventaire de ce que vous possédez et que d’autre non pas.

 

Vous pouvez choisir une petite pierre dans la nature que vous garderez dans votre poche pour vous rappeler de toute la gratitude que vous avez de la vie.

 

LES BIENFAITS DE LA GRATITUDE

Une pratique de la gratitude quotidienne augmente considérablement notre niveau de bonheur mais ce n’est pas le seul avantage que cette habitude apporte.

 

LE BONHEUR SUR LE LONG TERME

 

UN DÉTACHEMENT MATÉRIEL

En pratiquant la gratitude quotidiennement vous allez vous rendre compte que la majorité de vos possessions matérielles ne sont qu’en réalité superficielles, elles ne sont pas essentielles à votre bonheur.

Vous ne serez plus obligé de faire comme la majorité de la population qui s’identifie aux possessions matérielles et qui doute d’elle même parce qu’elle ne voit pas la magie dans sa vie.

De toute façon c’est très simple, toutes les personnes qui s’identifient au matériel souffrent en vérité d’un manque de confiance en elle, plus ou moins aigu, qui à pour conséquence de les obliger à vivre sous le regard des autres.

Et ainsi comme dans les sociétés Occidentales la réussite est associée aux possessions matérielles, ces personnes s’identifient à leurs objets du quotidien.

La gratitude vous permet d’éviter de reproduire tous ces comportements qui sont malheureusement bien trop répandus.

 

UN SENTIMENT DE DÉTENTE

Pratiquer la gratitude c’est aussi arrêter de se focaliser sur soi et ses petits problèmes du quotidien, mais regarder les réelles souffrances dans le monde.

Lorsque l’on fait quotidiennement cela, on se rend très vite compte que ça ne sert à rien de s’inquiéter pour des détails futiles.

De plus éprouver de la gratitude au quotidien permet de réaliser la chance que l’on d’être dans telle ou telle situation et une paix intérieure commence à se développer petit à petit.

La gratitude permet de relativiser plus facilement, ce qui en France pourrait aider pas mal de personnes à, augmenter leur patience, d’avoir une meilleure qualité de sommeil, de soulager la dépression, d’augmenter la confiance en soi pou d’apporter un sentiment de satisfaction.

 

UNE CONSCIENCE PLUS PRÉSENTE

Lorsque vous êtes conscient vous apprenez à développer de l’acceptation.

Elle est la base de tout dans notre vie, plus nous acceptons les circonstances extérieures et plus nous serons heureux dans la vie.

L’acception est la base de notre amour propre, ce qui influence directement l’épanouissement dans notre vie.

En étant conscient et intensément présent, on apprend à accepter ce qui se déroule dans notre vie que ce soit positif ou négatif.

Ainsi on développe un sentiment de gratitude profond.

Certaines activités permettent d’être plus présent comme par exemple une balade en foret, une discussion avec un ami….

 

SOIGNER SES RELATIONS SOCIALES

Il est très important de faire attention aux personnes que l’on fréquente puisqu’elles peuvent avoir un impact considérable sur la manière de percevoir notre environnement et “nos problèmes”.

Comme un proverbe le dit, nous sommes la moyenne des 5 personnes que nous côtoyons le plus.

Les personnes positives nous font voir le monde sous ces meilleures couleurs alors que les personnes négatives nous font voir et ressentir la tristesse du monde.

Et comme nous l’avons dit les choses sur lesquelles nous focalisons notre attention laisse naître la gratitude ou un certain mal-être.

Il est donc primordial d’être entouré de personnes de qualité dans notre vie plutôt que d’avoir des dizaines d’amis qui ne sont pas proche de nous.

Parfois il faut faire un tri dans ces relations sociales.

Malgré toutes les manières que j’ai citées

Qui peuvent amener de la gratitude, il en existe des centaines, celles-ci ne sont que les méthodes principales et les plus répandues.

Après chacun est différent et nos centres d’intérêt peuvent très fortement varier.

C’est pour cela que je vous invite à tester plusieurs habitudes pour savoir ce qui vous passionne le plus dans la vie et ce qui vous fait éprouver un sentiment de gratitude profond.

C’est à vous de découvrir votre univers intérieur.

Voici encore quelques conseils pour que vous développiez davantage de reconnaissance pour ce que vous possédez comme faire un cadeau à quelqu’un, aider une personne dans le besoin, faire une action bénévole ou faire un don à une association

J’espère vous avoir appris des choses dont vous n’étiez pas encore conscient.

Et n’oubliez pas, "ÉPROUVEZ DE LA GRATITUDE DANS VOTRE VIE".

 

La gratitude augmente le degré d’empathie

Les études montrent que plus nous sommes heureux, plus nous avons tendance à être généreux.

Or, nous l’avons vu, la pratique régulière de la gratitude contribue à augmenter votre niveau de bonheur.

La gratitude vous rend aussi plus empathiques et plus connectés aux autres.

En effet, c’est un sentiment qui renforce naturellement l’intérêt que vous portez à autrui.

Elle réveillera en vous l’envie de donner, de soutenir vos semblables et vous aidera à mieux percevoir ce qu’ils peuvent ressentir.

 

La gratitude favorise les émotions positives

En apprenant à exprimer votre gratitude, vous cessez de vous focaliser sur ce qui ne va pas pour au contraire, vous concentrer sur toutes les choses positives de votre vie.

Pratiquer la gratitude s’avère très utile lorsque vous êtes contrariés par quelqu’un ou une situation, par exemple.

Se focaliser sur ce pour quoi vous êtes reconnaissants permet de retrouver plus rapidement votre calme intérieur et vous évite de rester trop longtemps dans un état d’esprit négatif.

Par conséquent, la gratitude rend plus positif et optimiste.

Et c’est un cercle vertueux : plus vous vous entrainerez à exprimer votre gratitude, plus vous trouverez rapidement des raisons d’être reconnaissants chaque jour !

 

La gratitude rend moins envieux

Pratiquer la gratitude libère de l’envie car elle permet de mieux apprécier ce que vous avez déjà, plutôt que de vous concentrer sur ce qui vous manque.

On a observé que les personnes qui développaient consciemment leur sentiment de gratitude étaient moins frustrées car elles sont moins centrées sur les possessions matérielles et se comparent moins aux autres comme je le répète.

Ces personnes ont tout simplement réalisé que ce qui leur procurait le plus de satisfaction et de bonheur dans la vie n’était pas les objets, mais leurs relations !

En vous rendant moins matérialistes et moins envieux, la gratitude vous permet aussi d’être plus satisfaits de votre existence.

 

La gratitude améliore la santé

Il a été démontré que la gratitude diminue les risques de maladies et améliore aussi le fonctionnement immunitaire.

Les gens qui pratiquent la gratitude se rétablissent plus vite à la suite d’une maladie et sont globalement en meilleure santé que les autres.

Mais ce n’est pas tout.

Celle-ci serait particulièrement bénéfique pour le coeur.

En effet, on a étudié l’impact de la gratitude sur des patients souffrant de maladies cardiaques.

Après 2 mois, le rythme cardiaque des personnes à qui il avait demandé de tenir un journal de gratitude s’était amélioré et leur risque de maladies cardiovasculaires avait diminué.

Elle agirait donc aussi sur la tension artérielle.

 

Soyez au final reconnaissant(e), en exprimant votre gratitude face à la vie.

Ces fausses idées qui nous ralentissent

6. Croyances limitantes 7 min

 

Une croyance limitante est une pensée qu’on considère comme vraie.

Alors qu’elle nous bride et nous fait renoncer à une ambition.

Le plus souvent, elle provient de notre personnalité, de notre éducation ou d’expériences passées, de nous ou de nos proches.

 

Pour dépasser ses croyances nocives, il y a ci dessous.

 

Les affirmations positives

Elles sont une technique connue pour surmonter les croyances limitantes.

Répétez en boucle une phrase positive afin de l’incruster dans votre subconscient et l’intégrer comme une vérité absolue.

L’idée est de vous « reprogrammer » pour enterrer la croyance négative, lui faire perdre toute crédibilité.

On dit qu’il faut environ 90 jours pour créer une nouvelle habitude, un nouveau chemin neuronal.

Je pense qu’il faut être régulier pour que cela fonctionne comme pour sculpter son corps on sculpte son état d’esprit.

Il faut aussi y croire !

Si vous le faites sans conviction en espérant que les choses changent « comme par magie », vous ne ferez que perdre votre temps.

Vous pouvez vous répéter des phrases positives de votre choix à haute voix, ou les enregistrer pour les écouter à votre guise.

 

« Faire comme si »

Cette technique permet de fortifier son estime de soi est d’agir « comme si ».

Elle est assez similaire aux affirmations positives, mais au lieu d’utiliser vos pensées et vos mots vous utilisez vos actions.

Ça consiste à remplacer vos attitudes négatives par leurs équivalences positives.

Il y a une super expression pour ça, « imite-le jusqu’à ce que ça devienne naturel ».

Imaginons que vous manquiez de confiance en vous.

Vous devrez alors agir comme une personne débordant de confiance.

Marchez avec assurance, la tête haute et les épaules en arrière. Imitez les personnes qui selon vous sont des modèles.

Pour la confiance en soi, les acteurs sont souvent de bons exemples.

Entraînez-vous chez-vous et là encore, soyez régulier afin de vous imprégner suffisamment de ces nouvelles attitudes.

Progressivement, votre esprit oubliera vos anciens travers car votre nouvelle position corporelle lui enverra un puissant message de confiance.

 

La visualisation créative

Elle est l’une des méthodes les plus efficaces pour programmer ou re-programmer votre esprit.

A la manière des techniques d’auto-hypnose soit d’hypnose, son pouvoir réside dans le faite d’imaginer les yeux fermés avoir déjà réussi ce que l’on veut atteindre.

La loi de Pareto dit qu’en imaginant 20% de ce que l’on veut on obtient 80% de résultats.

 

Délibérément ralentissez vos ondes cérébrales

Grâce à des techniques de relaxation.

Les yeux fermés, vous imaginez le résultat escompté aussi précisément que possible comme je vous le disais à l’instant.

Reprenons l’exemple de la confiance en soi.

Vous visualiserez des scènarios où vous êtes confiant, ferez attention à la manière dont les gens vous regardent, imaginerez ce que cette confiance débloque dans votre vie, et cela comme ci c’était le présent car le cerveau n’a aucune notion de temps.

L’idée est de vous concentrer sur vos sentiments, vos émotions. Comment allez vous penser, parler, agir, sentir… habité de ces nouvelles qualités ?

Combiné avec les autres techniques évoquées, vous aboutirez rapidement des résultats qui vous changeront la vie.

Et maintenant que vous avez vous pris conscience de certaines croyances qui inhibent votre potentiel, qu’allez-vous faire pour changer la donne ?

 

MARRE DE FAIRE L’AUTRUCHE EN FREINANT VOTRE DÉVELOPPEMENT PERSONNEL ? VOICI QUELQUES EXEMPLES

 

CROIRE QUE LA RÉUSSITE VOUS PERMETTRA D’ÊTRE HEUREUX

Combien d’entre-nous sommes persuadés que nous serons plus heureux le jour où nous aurons atteint telle ou telle réussite.

« Je serai plus heureux le jour où j’obtiendrai un salaire de 10000€ par mois. »

« Je me sentirai pleinement satisfait quand je serai promu manager au sein de mon entreprise. »

« À partir du moment où j’aurai atteint tel échelon, alors là je pourrai me permettre de prendre du temps pour moi. »

 

CE NE SONT QUE QUELQUES-UNES DES CROYANCES 

Nous créons par rapport nos besoins de réussite.

Et le jour où nous obtenons le Saint-Graal, nous n’éprouvons qu’un sentiment de contentement passager…

aussitôt remplacé par une nouvelle attente, un nouveau désir, nous entrainant dans une spirale sans fin. 

La chose à comprendre, c’est que la réussite est un chemin à parcourir, et non une fin en soi.

Et la question à se poser est « Comment puis-je être heureux MAINTENANT sur base de ce que je possède DÉJÀ ?… »

CROIRE QUE FERMER LES YEUX VOUS PERMETTRA DE MIEUX VIVRE LE CHANGEMENT

Pour bon nombre d’entre-nous, il s’agit d’une réaction classique face à un changement, qu’il s’agisse d’une transition de vie ou une transition professionnelle, nous nous persuadons que le changement auquel nous faisons face n’en est pas un. 

Et nous jouons la politique de l’autruche, sans nous rendre compte que cet état d’esprit ne fait que renforcer notre blocage et notre sentiment de mal-être.

Au contraire, si votre feeling vous fait ressentir une dissonance par rapport à ce que vous vivez, si vous rencontrez des blocages dans votre vie privée ou professionnelle, n’essayez pas de les combattre ou de les ignorer, acceptez-les, tels quels, et demandez-vous ce que vous pourriez mettre en place pour les dépasser.

 

CROIRE QUE VOUS DEVEZ ÊTRE CAPABLE DE TOUT ENDURER

Nous évoluons dans une société dans laquelle le monde du travail n’a de cesse de mettre à l’honneur la productivité, la performance, l’atteinte de résultats et d’objectifs… 

Et parfois, sans nous en rendre compte, nous nous persuadons que, quoiqu’il arrive, nous DEVONS être capable de faire face à toutes les situations.

Sans broncher, et sans jamais recevoir d’aide extérieure.

Et si justement vous pouviez faire appel à quelqu’un la prochaine fois que vous serez face au mur ?

Demandez-vous spontanément qui serait la personne la plus à même de vous aider, un ami, un proche, un collègue, un coach… et que faire pour éviter de rester seul face à vos problèmes et difficultés.

 

CROIRE QUE VOS ÉMOTIONS PEUVENT ÊTRE UN AVEU DE FAIBLESSE

Pour compléter le point précédent, notre société et particulièrement le monde du travail, nous pousse à porter un masque au quotidien sans jeu de mot de la crise actuelle, la personne que nous sommes à la maison, et la personne que nous sommes au boulot, comme s’il était possible de se couper en deux. 

Et que ce soit en contexte privé ou professionnel, certaines émotions restent souvent mal acceptées.

Notamment les émotions comme la tristesse et la colère.

Du coup, lorsque nous éprouvons ces émotions et suite au conditionnement que nous avons vécu, nous nous efforçons de les repousser et de les contrôler… jusqu’au moment où la goutte fait déborder le vase et que, littéralement, nous finissons par péter un cable ! 

S’il vous arrive prochainement de ressentir de la tristesse ou de la colère, évitez de la refouler, de la mettre de côté, et posez-vous la question : « Que signifie cette émotion, pour moi ?

Que cherche-t-elle à me dire ? »

 

CROIRE QUE CHANGER RAPIDEMENT EST UN GAGE DE SUCCÈS

Lorsque nous faisons face à une transition de vie ou une transition professionnelle un deuil, une séparation, un licenciement…, nous nous conditionnons instinctivement à rendre ce changement aussi rapide que possible. 

Quitte à en oublier les émotions que nous ressentons et à nous oublier nous-même dans le processus, dans l’espoir d’en être débarrassé rapidement.

Sauf que cela ne fonctionne pas toujours dans ce sens là, changer peut prendre du temps ou pas.

Il est important de pouvoir vous autoriser à vous laisser le temps de franchir ou de contourner le mur auquel vous faites face, pas-à-pas, sans vous précipiter et sans vous juger.

C’est comme cela que vous lâcherez prise et que les choses s’accéléreront.

 

CROIRE QUE LE JUGEMENT DES AUTRES EST MEILLEUR QUE LE VÔTRE

Il est dans la nature humaine de vouloir se sentir aimé et accepté par les autres.

Le problème, c’est que poussée à outrance cette préoccupation peut finir par générer de nombreux effets négatifs dans votre vie.

Notamment sur votre estime et votre confiance en vous. 

Dans un contexte où vous vous sentez obligé de plaire à tout prix et à tout le monde, votre conjoint, votre patron, vos amis ou collègues de bureau…

Vous risquez de ne plaire finalement à personne.

Après tout, vous êtes la personne que vous êtes.

Et en tant que responsable de votre propre vie, vous seul êtes le mieux armé pour décider en fin de course ce qui est bon pour vous.

Apprenez à VOUS respecter et à VOUS faire confiance !

 

CROIRE QUE ÇA N’ARRIVE QU’À VOUS !

Enfin, c’est peut-être la croyance la plus évidente et à la fois la plus partagée.

La croyance qu’il n’y a qu’à vous que tout cela arrive ! 

Pourtant, nous faisons TOUS l’objet de changements, de transitions dans nos vies.

Que cela soit en contexte privé ou professionnel. Depuis notre naissance jusqu’à notre mort.

Prenez un instant pour regarder autour de vous.

Connaissez-vous une seule personne à qui rien ne soit jamais arrivé ?

Qui n’ait vécu aucune phase de changement ou de transition dans sa vie ?… 

Il y a de fortes chances que la réponse soit NON !

Est-ce qu’il y a des cas où cette affirmation n’est pas vraie ?

 

Le travail est forcément un calvaire

Certaines personnes sont épanouies dans leur travail

Le travail peut être une source d'épanouissement

On ne peut pas tout avoir !

Certaines personnes réussissent à allier vie de couple, vie de professionnelle, vie de famille, vie sociale et vie personnelle

On peut réussir à équilibrer les différents aspects de sa vie sans avoir à en délaisser certains

Le succès monte à la tête.

Certaines personnes ont réussi à garder la tête sur les épaules et à rester humble malgré leur succès monstre

Le succès peut monter facilement à la tête, mais si on y prend garde, on peut faire en sorte de rester humble et fidèle à soi-même

Se tromper c’est un échec.

Nos erreurs ont bien souvent plus à nous apprendre que nos réussites

Se tromper peut être difficile à encaisser, mais c'est une belle opportunité d'apprentissage

il faut travailler dur pour réussir

Pour certaines personnes, réussir c'est se faire plaisir, avoir du temps pour soi et pour ses proches sans épuiser son énergie au travail

C'est à chacun de déterminer à quoi ressemble la réussite, et de choisir comment répartir son énergie pour y arriver

Souvent, c'est quand les choses sont fluides et viennent facilement qu'on réussit le mieux

le travail ne peut pas être amusant

Certaines personnes s'éclatent dans leur travail

Avec tout le temps qu'on y passe, on a le droit de chercher un travail que l'on a plaisir à faire, même si ce n'est pas évident à trouver

C'est trop dur/ Je n’y arriverai jamais / je n'ai pas ce qu'il faut / il me manque le talent, le temps, l'argent

Telle personne y est arrivé avec autant d'argent/de talent/de temps/de compétences que moi

Si je le veux vraiment, je peux atteindre progressivement mon objectif en avançant pas à pas, à mon rythme, selon mes moyens et mes ressources

C’est trop tard / Je suis trop vieux ou vieille

Certaines personnes ont réussi à le faire alors qu'elles étaient plus âgées que moi

Il me reste 5/10/15 ans pour changer et progresser. Je préfère prendre le temps d'y arriver plutôt que de regretter de ne pas l'avoir tenté

C'est trop risqué. Je vais me planter

J'ai des chances de réussir. D'autres ont réussi avant moi

Je peux me lancer en mettant toutes les chances de mon côté et même s'il y a des risques que je me plante, ça vaut le coup de le tenter. J'aurais de toute façon appris quelque chose en cours de route.

Je suis nulle / Je ne sais rien faire / Je ne suis pas assez intelligent.e/créative/futé.e

Il y a des choses que je sais faire

Je suis intelligent.e à ma manière, je peux trouver le moyen de réussir avec les qualités, talents et compétences dont je dispose.

Ce n’est pas fait pour moi

Il y a toutes sortes de personnes au profil et horizon très différents qui le font

Si j'en ai suffisamment envie, je peux décider de le tenter. Il n'y a pas de règles ni de loi qui me l'interdit

Je suis comme je suis. C’est trop tard pour changer

Personne n'est figé dans le temps. Nous sommes tous en capacité d'évoluer si on le souhaite

Si je le décide, je peux travailler sur certains aspects de ma personnalité et de ma façon d'être, en avançant progressivement

Je ne peux pas trouver un job qui me plait vraiment parce que je n’ai pas de passion

Plein de gens adorent leur métier sans être des passionnés

Je peux trouver un métier qui me plait sans partir de mes passions, en m'appuyant sur mes talents, ma personnalité et ce qui me fait vibrer en général

Tout est plus dur pour moi

Il y a des exemples qui prouvent que certains ont réussi avec des cartes beaucoup moins avantageuses en mains

C'est à moi de décider si je veux m'en sortir, et de trouver le moyen d'y arriver et de contourner les obstacles avec les ressources dont je dispose

J’ai juste eu de la chance

J'ai mis en oeuvre des compétences/des qualités pour réussir comme la persévérabce et l’optimisme

J'ai la chance d'avoir souvent de la chance, mais au final, si je réussis, c'est à moi-même que je le dois

Je ne prends jamais les bonnes décisions

J'ai pris telle décision qui s'est avérée, par la suite, bénéfique

Je choisis de croire qu'il n'y a pas vraiment de bonnes ou de mauvaises décisions, mais que chaque décision amène son lot d'avantages et d'inconvénients, d'opportunités et d'apprentissage

Je ne peux pas me le permettre. Les autres/mes proches comptent sur moi

Mes proches ont surtout envie de me voir épanoui.e et que j'aille bien

Je peux faire en sorte d'avancer vers mes objectifs tout en préservant mes proches, réfléchir avec eux à la meilleure façon de le faire pour que cela convienne à tout le monde, quitte à faire des compromis

Pour qu’on m’aime, il faut que je sois...gentil, riche, extraverti, confiant, parfait, fort...

Il y a des personnes qui réussissent sans être forcément...gentil, beau, riche, extraverti, confiant...

L'important pour réussir c'est de rester soi-même et de pouvoir mettre en oeuvre ses qualités et ses talents

on ne peut faire confiance à personne

Il y a des exemples qui prouvent que c'est souvent grâce à une coup de pouce ou à la solidarité qu'on avance le mieux

Parfois, j'ai intérêt à accorder ma confiance parce que j'ai des chances d'y gagner beaucoup plus que si je m'enferme dans ma bulle. Je peux aussi prendre le plus de précautions possibles pour ne pas me mettre en danger si ma confiance est trahie.

Il n'y a que la première place qui compte

Un dicton dit aussi "l'importance, c'est de participer" parce que c'est en se jetant à l'eau qu'on apprend, qu'on progresse, et qu'on peut avancer vers le top

Si j'accepte de ne pas toujours gagner ou êtrele.lameilleur.e, je m'autorise à tenter des choses nouvelles et à me laisser le temps de développer mes aptitudes jusqu'à exceller.

Je n'ai par ailleurs pas besoin de me comparer aux autres pour prouver ma valeur

On n’a rien sans rien

Beaucoup de personnes se sont construite une vie qui leur plait sans avoir à faire de sacrifices

C'est vrai, il faut souvent faire des compromis pour atteindre ces objectifs. Ce qui compte c'est d'être au clair sur ses priorités pour savoir sur quoi lâcher sans que cela me pèse.

Renforcer votre confiance en vous
par la répétition.

7. Psychologie positive 3 min )

 

Elle ne consiste pas seulement à "positiver"

 

Voici le conditionnement de Pavlov qui témoigne de nos mécanisme.

Test fait sur un chien, mais pouvant être fait sur un humain à l’identique.

Avant le conditionnement, si un aliment est présenté au chien, il salive.

Si un bruit de cloche se fait entendre, il ne provoquera aucune réaction de salivation de la part du chien.

Vient ensuite l’étape du conditionnement où le son de cloche sera présenté juste avant la nourriture.

Le chien salivera pour la nourriture mais associe que le son de cloche précède la ration de croquettes.

Après le conditionnement, si le son de cloche est présenté SEUL, sans nourriture, le chien se mettra à saliver car il aura associé ce son à la nourriture à venir.

 

L’effet placebo est un conditionnement et de la suggestion.

« Un patient convaincu qu’il va guérir se met dans des conditions favorables à cette guérison »

C’est l’effet blouse blanche et couleur du médicament.

 

Ce qui m’a le plus intrigué dans l’effet placebo

C’est que l’on peut donner un comprimé de sucre ou une injection saline à des gens qui programment leur propre système neuro-moteur pour créer, depuis leur propre pharmacie intérieure, les molécules qui sont celles qui auraient été fournies par le vrai médicament.

Le corps a une capacité innée à se guérir lui-même

Quand le patient s’attend à espérer un nouveau résultat, du point de vue des neurosciences, il transporte son cerveau du passé vers le futur…

Le comprimé qui guérit représente un symbole des possibilités…

Quand on combine une intention claire avec une émotion élevée, cela produit un effet sur la biologie…

Je  crois qu’il existe une intelligence qui nous donne la vie à chaque instant.

Un principe vital qui organise toutes nos fonctions biologiques comme le battement de notre cœur et le développement de toutes nos cellules.

Je crois qu’il s’agit d’une conscience en portant l’attention sur une chose précise.

Réfléchissons, si c’était à nous de prendre en charge le fonctionnement de notre corps, on renoncerait en quelques secondes tant il y a de choses dont nous n’avons pas conscience.

Cette intelligence est donc un guérisseur bien plus puissant que vous et moi…

Vous pouvez vouloir vaincre la maladie mais si vous êtes envahi par la peur, corps et esprit sont en opposition parce que l’information reste dans le cerveau et ne franchit pas la barrière qui lui permet d’accéder au corps.

Cela demande du travail et de la pratique.

Et d’être très conscient.

Tout ce que l’on a à faire, c’est d’aligner nos pensée et nos émotions.

L’intelligence innée du corps fait le reste.

Il faut parfois le faire de manière répétée.

80 % des patients dépressifs traités sous placebo se sentent mieux ou aussi bien que ceux qui ont reçu le médicament actif. Ils fabriquent donc eux-mêmes leur antidépresseur...

Ce qui est valable sur le corps est donc valable sur la pensée.

 

L’hypnose c’est du placebo avec de la transe en plus.

La transe, c’est un état modifié de conscience, on est dans un état de détente, on est dans un état relâché et ensuite on met une intention, on met une intention sur quelque chose alors soit on transforme un film du passé soit on va dans le futur et on crée un nouveau futur.

 

Pour résumer, l’anxiété est un trouble émotionnel, un sentiment d'insécurité intense, de danger imminent.

Bien que l'anxiété existe chez tout être humain, son intensité varie d'une personne à l'autre.

La peur est avant tout un outil d'urgence, de mise en garde et permet à l'homme de fuir les situations dangereuses.

Le bien-être est une disposition agréable du corps et de l'esprit que nous recherchons en permanence dans chacune de nos pensées et actions.

Et aujourd’hui, cette formation vous aide à regarder dans la bonne direction.

 

Je reste à votre disposition pour approfondir tout cela en séance individuelle.

Nous pouvons en parler gratuitement et ensemble fixer la stratégie la plus adéquate pour vous.

 

Merci pour votre volonté de vous sentir mieux, nécessaire pour rendre notre monde meilleur car si vous redevenez la meilleure version de vous, l’ensemble des humains prendront le même chemin que vous et moi.


Derniers articles

Programme pour Plus produits

12 Mar 2024

Confinement des solutions pour agir
BIENVENUE À CETTE PREMIÈRE ÉTAPES, MERCI D'AVOIR FAIT VOTRE CHOIX :)C’est le moment de prendre soin de soi, pour mieux prendre soin des autres
Cette “pause”, pou...

Programme pour Le cerveau

11 Mar 2024

Les gens qui réalisent des tâches mentales prodigieuses n’ont pas un cerveau extraordinaire. Ils ont juste appris à l’utiliser au maximum de son potentiel.
Libérez votre cerveau , grâce aux  conn...

Programme 7 La dépendance

10 Mar 2024

Comment gérer la dépendance affective ?
Qu’est-ce que c'est ?
La dépendance affective est le fait de ne plus vivre pour soi mais pour l’autre.
En s’effaçant totalement face à son partenaire, le dép...

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.